Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Moscovici : les conditions de sortie de crise « en passe » d'être réunies... ‘Bravo dandy séducteur' !!!

Publié par medisma sur 25 Novembre 2012, 20:07pm

Catégories : #lintegral

 MoscoVoici.jpg

 

 Moscovici_pierre_marie_charline.jpg

 

 

 Figurez-vous que le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, a dit jeudi devant le Sénat que « les conditions d'une sortie durable de la crise de la zone euro semblent en passe d'être réunies ».

 Bon, heureusement, il tempère vite ses ardeurs, partant du principe que ce que ma grand-mère disait était juste, à savoir que si le ridicule ne tue pas, il peut quand même faire mal (elle était très forte ma grand-mère). Donc il précise sa pensée : « Je le dis avec prudence mais détermination, au lendemain d'une réunion avec l'Eurogroupe où nous n'avons pas tout à fait réussi à trouver une solution pour la Grèce, mais nous le ferons dès lundi », a déclaré le ministre en présentant le premier budget du quinquennat Hollande aux sénateurs.

 Là, il y a deux choses drôles dans la phrase. « On n’a pas tout à fait réussi à trouver une solution pour la Grèce »… Sans blague. Cela fait cinq ans qu’ils essaient désespérément de sauver un pays condamné. La deuxième, c’est « nous le ferons lundi »… entre temps, l’agenda est chargé, vu qu’ils se rencontrent tous ce soir nos mamamouchis pour tenter de se mettre d’accord sur un budget européen… Pas gagné tout ça.

Donc Moscovici continue avec un « il est fondamental que ce pays qui a fait tant d'efforts trouve du côté de ses partenaires européens la solidarité dans le bon respect des finances publiques de nos États », a-t-il ajouté.

 Je comprends donc qu’il faut que l’on aide la Grèce, mais sans que cela ne nous coûte d’argent, ce qui vu la situation de la Grèce et la liste de ses créanciers (c’est-à-dire nous) va s’avérer relativement complexe, d’où le blocage actuel.

L’idée c’est donc qu’il faut trouver une idée pour faire croire à tous que l’on aide la Grèce (et surtout aux marchés) mais sans débourser un centime d’euro ou presque… Compliqué.

Pour mémoire, les ministres des Finances de la zone euro se sont réunis dans la nuit de mardi à mercredi pour se mettre d'accord sur le versement d'un prêt à la Grèce de 44 milliards d'euros, et trouver un terrain d'entente avec les autres créanciers publics, en premier lieu le Fonds monétaire international (FMI).

Oui car le FMI aussi a donné pas mal de sous à la Grèce et le problème du FMI, c’est que même si Christine Lagarde est française, les actionnaires du FMI ne sont pas qu’européens et tous les autres ont sifflé la fin de partie. Le FMI, ce n’est pas un FME (européen) réservé à l’Europe. Or les engagements du FMI à l’égard de la Grèce se comptent en dizaine de milliards de dollars.

 D’où la déclaration de Lagarde : « Des progrès ont été faits, mais il en faut encore un peu plus. »

 Enfin, juste pour information, alors que déjà la moitié de la dette grecque avait été effacée, elle devrait quand même atteindre 190 % du PIB en 2014 !! C’est ballot...

 

Source : Charles Sannat / AuCoffre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents