Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Renault s’offre une usine géante au Maroc

Publié par medisma sur 11 Février 2012, 22:11pm

Catégories : #lintegral

  Le constructeur français a inauguré jeudi au Maroc son usine de Tanger qui ravive en France une polémique sur les délocalisations.

Usine-Renault-Maroc-1.jpgLe roi du Maroc Mohammed VI et le PDG du constructeur automobile français Carlos Ghosn étaient présents pour l'occasion.

Pour l'instant, une seule chaîne de montage est en fonction, d'où sortiront entre 150 et 170'000 véhicules par an quand elle tournera à plein.

La capacité sera doublée à partir de 2013 avec une deuxième ligne.A terme, 6000 salariés travailleront sur place, pour un salaire mensuel moyen de 250 euros. Renault estime que les emplois indirects chez les fournisseurs pourraient se monter à 30'000.

La-nouvelle-usine-Renault-de-TangerActuellement, l'usine emploie 2500 ouvriers. L'usine est importante pour le Maroc, qui espère développer une industrie automobile digne de ce nom et qui est actuellement limitée à l'usine de Somaca à Casablanca déjà contrôlée par Renault, mais aussi pour le constructeur français. La marque du losange détient déjà 37% du marché marocain.

Trois futurs modèles

Elle doit générer 3,5 milliards d'euros d'exportations supplémentaires pour le royaume, selon le ministre de l'Industrie Abdelkader Aâmara.

L'usine se veut une première mondiale en termes de pollution, avec zéro émission de CO2 et zéro rejet d'eaux usées. Le groupe va investir un milliard d'euros pour assembler à Tanger trois futurs modèles de sa gamme à bas prix, vendue en Europe et dans le pourtour méditerranéen sous la marque Dacia et ailleurs aux couleurs Renault.

«Tanger va permettre de relayer l'usine roumaine de Pitesti arrivée à saturation», a indiqué Carlos Ghosn lors de l'inauguration.

Renault y fabrique la petite berline Logan et ses dérivés, la berline Sandero et le 4x4 Duster, des moteurs et des boîtes de vitesse.Le groupe bénéficie au Maroc de nombreux avantages de la zone franche (exonération de l'impôt sur les sociétés pendant cinq ans, pas de taxe d'exportation, formalités douanières accélérées) où une dizaine d'équipementiers sont implantés.

A moins de 10'000 euros

Renault assemblera au Maroc un monospace, le Lodgy, puis un utilitaire et un troisième modèle encore tenu secret. Les boîtes de vitesse, les moteurs et d'autres composants seront en revanche importés de France, d'Espagne et de Roumanie.

monospace-dacia-lodgy-2012-a.jpgLe Lodgy, dans sa version de base, sera vendu à moins de 10'000 euros, a indiqué le directeur de l'usine, Tunç Basegmez, en marge de l'inauguration, soit moitié moins qu'un Scénic.

 «Nos grands clients seront les pays d'Europe au démarrage», a-t-il ajouté. Le Lodgy sera vendu en France dès avril. Renault refuse de préciser quel volume de ventes il espère atteindre pour ce marché mais «ce ne seront pas des volumes marginaux», a assuré Arnaud Deboeuf, qui chapeaute le programme «Entry» (low cost) chez Renault. (afp/Newsnet)

M6-Sarkozy L'inauguration s'est déroulée en l'absence du Président français ! 

 

Critiques virulentes en France

La création de cette usine marocaine a déclenché un réel tollé en France, au niveau des syndicats de la marque comme au niveau de la classe politique dans son ensemble. Le fait d’être en période pré-électorale y joue forcément mais une telle unanimité est suffisamment rare pour être signalée. 

dupont-copie-1La critique la plus excessive venait du candidat souverainiste à la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, qui a dénoncé l'inauguration 'de cette unité industrielle', y voyant un «scandale d'Etat» et un «double discours du gouvernement». Ajoutant :

«Alors que le déficit commercial français bat tous les records et que le "produire français" est à la bouche de tous les candidats à la présidentielle, cette inauguration démasque le double discours du gouvernement». Et de rappeler que l'Etat français est actionnaire à 15% du groupe automobile.

«Les administrateurs (de l'Etat) ont abdiqué la défense des intérêts supérieurs de notre pays en autorisant la stratégie de dumping mise en place par Carlos Ghosn (PDG de Renault) à l'égard de notre industrie nationale, et en validant sa rémunération exubérante!», a ajouté le député (ex-UMP) de l'Essonne, dans un communiqué.

«Il s'agit en réalité d'un scandale d'Etat et je demande la constitution d'une commission d'enquête parlementaire pour mettre au jour la responsabilité de l'Etat dans l'organisation de ce système déloyal», poursuit-il....

M. Dupont-Aignan assure que «cette usine va produire des véhicules "low cost" destinés à 90% au marché français, qui vont donc directement concurrencer les voitures produites par Renault sur le territoire national».  (AFP)

Les raisons de ces inquiétudes-polémiques sont multiples :

•Le Dacia Lodgy, monospace dont le prix oscillera en 10 000 et 12 000 euros, risque fortement de concurrencer les autres modèles de Renault fabriqués en France (à Douai et Maubeuge), comme le Scenic et le Kangoo, vendus en moyenne deux fois plus cher. Tout cela risque de déstabiliser encore un peu plus des sites français déjà régulièrement menacés. Et ce même si Renault dément cette future cannibalisation en expliquant qu’il ne s’agit pas du même marché… L’Europe est actuellement en pleine crise économique, les petites voitures à bas prix triomphent en Europe. On peut légitimement dire que le terreau est favorable à l’arrivée de nouveaux modèles low cost sur le marché.

•Carlos Ghosn, président de Renault e expliqué que la création de cette usine allait générer du travail en France. « Toutes les productions de cette usine sont des productions que nous qualifions de low cost. Il fallait aller dans des pays dans lesquels il y avait d’un côté une main-d’œuvre abondante, qualifiée, et aussi des coûts extrêmement compétitifs (…) Et en même temps, nous localisons en France des produits à plus haute valeur ajoutée comme les voitures électriques, les batteries,  s’est justifié le PDG de l’alliance Renault-Nissan. Si tant est que l’on croit Carlos Ghosn,  on est en droit de se demander jusqu’à quand les produits à forte valeur ajoutée continueront à être fabriqués en France ? Pour précision, le salaire  d’une employé de l’usine de Tanger coûte 250 euros par mois contre 450 dans l’usine de Pitesti en Roumanie.

•L’hémorragie du secteur automobile sur le plan économique continue et c’est aussi cela qui inquiète. Renault fabriquait encore 1,1 million de voitures en 2004 en France, et 445 000 au cours de l’année 2011. Cette baisse a un impact indéniable sur les emplois puisque entre 2002 et 2010, le nombre de salariés français est passé de 73 000 à 54 000. Le bilan pour le pays est lourd avec près de 5 milliards de déficit commercial en 2011…

Il y a là autant de raisons qui ont amené ce tollé général, d’autant que l’Etat est toujours actionnaire de Renault…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
<br /> c'est super !!<br />
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents