Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Rien de neuf sur les marchés

Publié par medisma sur 22 Septembre 2012, 21:12pm

Catégories : #lintegral

Plus les marchés montent, plus ils fluctuent. D’où la volatilité retrouvée sur les monnaies, actions, obligations, matières premières et métaux précieux. D’autant que les pouvoirs publics (gouvernements et banques centrales) interférent de plus en plus dans les processus économico-monétaro-financiers pour relancer l’inflation au maximum (dont ils attendent la diminution mécanique des dettes étatiques) au détriment de tous ceux qui épargnent et investissent dont le pouvoir d’achat est ainsi délibérément sacrifié sans parler des plus pauvres qui n’ont pas la possibilité de se protéger contre le “monstre” inflationniste, comme expliqué dans nos derniers commentaires. Il n’y a donc rien de neuf : le dollar US surtout et, à un moindre degré, les autres principales monnaies, d’où la chute du premier vis-à-vis des secondes qui devrait s’amplifier, sont entrés dans des spirales de dévaluation-destruction. Avec pour conséquence: la hausse des actifs réels (comme l’or et l’argent-métal) au détriment des actifs papiers (comme les obligations d’Etat) qui est en bonne voie. Il importe donc de traiter activement les marchés pour engranger des profits successifs et de ne pas rester passif.

Si l’on croit comme nous à l’influence de la saisonnalité sur les mouvements des marchés financiers, qui sont déterminés par toutes sortes de cycles indépendamment des facteurs fondamentaux exposés ci-dessus, le dollar US devrait chuter et les métaux précieux (comme l’or) devraient monter jusqu’en fin d’année avec des fluctuations intermédiaires-corrections fortes.

L’argent-métal est en retard sur l’or d’où son potentiel supérieur de hausse par rapport à celui du métal jaune.

 Quant aux actions, américaines surtout, elles devraient rester assez chahutées jusqu’à  la mi octobre mais sans fortement baisser puisque les Quantitative Easings des banques centrales apporteront une énorme liquidité permettant aux actions de se maintenir pour ensuite monter à partir de novembre. Ce sont en revanche les obligations qui devraient chuter par suite des anticipations fortement inflationnistes résultant des dites politiques monétaires ultra-laxistes. [FMG]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents