Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Tissint, la météorite marocaine, est bien martienne

Publié par medisma sur 19 Janvier 2012, 19:40pm

Catégories : #lintegral

   Tissint, la messagère de Mars

tissint_meteorite_Abderrahmane_Ibhi_02.jpg

Après authentification : Photo réalisée par le Prof.Abderrahmane Ibhi de l'Université Ibn Zohr (Maroc).

Les 7 kg de fragments de météorites tombés en juillet 2011 non loin du village de Tissint au Maroc valent près de 3 millions d’euros. En effet, leur origine martienne a été confirmée.

Selon un rapport de la Meteoritical Society, «le 18 juillet, vers deux heures du matin, une boule de feu a été observée par plusieurs personnes dans la région de la vallée d'Oued Drâa  à l'est de Tata au Maroc». «Un des témoins oculaires, M. Aznid Lhou, a dit que cette boule était d'abord de couleur jaune avant de tourner au vert, éclairant toute la région et se brisant apparemment en deux morceaux».

Ces témoins ont également indiqué qu'un «double bang supersonique» avait été entendu dans toute la vallée. Les morceaux de la météorite, dont le poids varie d'un à 987 grammes, ont été retrouvés fin 2011 par des nomades qui les ont vendus à des courtiers. Ces derniers les ont revendus à des collectionneurs privés et des musées du monde entier à des prix variant de 500 à 1.000 dollars le gramme, selon Carl Agee. La valeur de cette météorite est ainsi de 10 à 20 fois supérieure à celle de l'or. Mais leur véritable prix pourrait être inestimable si l’on y découvrait des preuves d’une vie passée sur la Planète rouge.

La rareté de cette météorite martienne, baptisée Tissint, réside dans le fait qu'elle est la cinquième dans les annales dont la chute a été observée par des témoins, a souligné Carl Agee,  directeur de l'Institute of Meteoritics à l'université du Nouveau Mexique (sud-ouest des Etats-Unis) et dont l'institut vient d'en acquérir un morceau de 108 grammes.

 

RTEmagicC_Tissint_2_Macovich_Collection_Darryl_Pitt_txdam27.jpg

Un autre fragment de la météorite martienne Tissint. © Macovich Collection-Darryl Pitt

Ce n’est qu’au XIXe siècle que l’on a admis que les météorites étaient bien des cailloux tombés du ciel. Aujourd’hui, nous savons qu’il s’agit de clés pour comprendre l’origine du Système solaire et des planètes. On a même découvert que certaines venaient de la Lune et d’autres de Mars, mais ces dernières étant très rares, on estime qu’un kilogramme vaut au moins dix fois le prix de l’or.

Malgré cette rareté, on sait un certain nombre de choses sur les météorites martiennes. On reconnaît leur origine principalement grâce aux gaz qu'elles contiennent dont la composition isotopique semble identique à celle, bien caractéristique, de l'atmosphère de Mars mesurée par les atterrisseurs Viking et ses successeurs. Cependant, aucune mission n’ayant pour le moment ramené d’échantillons de la Planète rouge, les exobiologistes et les cosmochimistes attachent beaucoup d’importance à la découverte de ces météorites sur Terre, surtout si des Hommes ont assisté à leur chute. Plus leur arrivée sur Terre est récente, moins grands sont les risques de contamination par des organismes vivants terrestres et donc plus il est facile de montrer que d'éventuelles traces de vie sont bien d'origine martienne.

On se souvient par exemple du cas de la météorite Allan Hills 84001 (ALH84001) qui avait été présentée en 1996 comme une preuve possible de l’apparition de forme de vie sur Mars il y a environ 4 milliards d’années.

 

Trouvée en 1984 dans les Allans Hills, des collines situées à l'extrémité de la chaîne transantarctique dans la région de la terre Victoria, elle était tombée sur Terre bien avant cette date. Bien que des observations au microscope électronique montraient des formes rappelant celles de bactéries fossilisées, il pouvait fort bien s'agir de contaminations terrestres. De nos jours, on ne considère généralement plus ces traces comme une preuve de la présence de la vie sur Mars mais on ne désespère pas d'en trouver dans des météorites plus récentes.

Une jeune roche ignée martienne

On comprend donc pourquoi la météorite arrivée sur Terre le 18 juillet 2011, non loin du village de Tissint au Maroc, peut exciter les chercheurs. Les fragments récupérés trois mois après par des nomades se sont montré trop frais pour être restés longtemps dans le désert ; ils devaient donc faire partie du petit corps céleste ayant réveillé les habitants de la région par des bangs supersoniques vers 2 h 00 du matin.

RTEmagicC_Tissint_1__Macovich_Collection_Darryl_Pi-copie-1.jpgUn fragment de la météorite Tissint. © Macovich Collection-Darryl Pitt

Les analyses ont montré finalement qu’il s’agissait bel et bien d’une météorite martienne, plus précisément une shergottite, c'est-à-dire une représentante d’une des trois grandes classes de météorites martiennes. Ces classes sont appelées du nom des villages à proximité desquels des Hommes ont assisté à leur chute. Il y a ainsi eu la chute observée près du village français de Chassigny en 1815, celle de Shergotty en Inde (1865) et celle de Nakhla, en Égypte (1911).

Les shergottites sont des roches de type gabbro-basaltique dont on pense qu’elles proviendraient de la cristallisation d’un magma chaud sur Mars il y a de ça entre 150 et 500 millions d’années. Si tel est bien le cas, il doit donc s’agir de fragments de la croûte martienne arrachée à son attraction par la chute d’un astéroïde dans des régions de la Planète rouge géologiquement actives récemment. Elles proviendraient donc vraisemblablement de Tharsis, le plateau où se trouve entre autres le mont Olympe, le plus gros volcan du Système solaire.

Sources : Futura-Sciences / AFP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Azizi d'Agadir 28/01/2012 11:07


La première photo n'est pas  photographiée le 10 janvier 2012 à l'université du Nouveau Mexique, Etats-Unis Carl B. Agee afp.com. Elle est photographié par le professeur Abderrahmane Ibhi de l'Université Ibn Zohr (Maroc). Il faut voir les article sur la même météorite du
12/01/2012


Merci

lintegral 28/01/2012 16:09



Merci pour votre éclairage. L'erreur est finalement redressée! 


 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents