Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Un monde où tout est manipulé, un monde au service exclusif de la “pieuvre financière”

Publié par medisma sur 28 Juillet 2012, 17:21pm

Catégories : #lintegral

I- En fin de compte, les manipulations profiteront toujours à l’or

pieuvre1.jpgNous vivons dans un monde dans lequel tout est manipulé, particulièrement en matières boursière, financière, monétaire et économique. Dans ces domaines, c’est bien entendu la cessation de convertibilité de la principale monnaie de réserve mondiale, le dollar US, en or datant de 1971 et l’instauration concomitante des taux de changes flottants entre monnaies fiduciaires de papier comme du mécanisme des réserves fractionnaires, qui ont permis aux pouvoirs publics (Etats et les banques centrales) comme aux grandes banques privées monopolistiques de créer ex nihilo autant de fausse monnaie qu’ils le désirent et de fixer les taux d’intérêt ou de change aux niveaux qui les arrangent pour permettre: 1/ leur endettement maximum, 2/ leur interventionnisme sans fin, 3/ de faire monter ou baisser certains actifs dans le but de favoriser ceux des acteurs économiques qu’ils entendent avantager. C’est pour ces raisons qu’il est si difficile de réaliser des profits sur les marchés financiers devenus un casino dont les croupiers et certains grands joueurs truquent le jeu et que même les principaux manipulateurs (à l’instar de JP Morgan récemment) y perdent des milliards de dollars ou d’euros en dépit de leurs positions et informations privilégiées parce qu’il n’y a plus de juste prix des actifs. Donc plus de points de repères indiscutables.

Alors que tout cela a échoué puisque la récession économique (via le chômage de masse en particulier) continue et que l’endettement s’amplifie, les pouvoirs publics doivent poursuivre encore et toujours les manipulations précitées pour éviter que l’ensemble du système d’économie administrée ne s’effondre. En particulier les prix des actions qui, de l’aveu même de la Reserve Federal US, devraient valoir la moitié de leur valeur actuelle si elle ne les soutenait pas. Il est donc probable que la Fed va se livrer tôt ou tard à un nouveau Quantitative Easing (quelque soit le nom qu’elle lui donnera) et que la BCE va elle aussi devoir se résoudre à financer (directement ou indirectement) les dettes publiques dans la zone euro pour nourrir la “pieuvre financière” (les Etats en faillite et les banques dites “too big to fail”) en liquidités massives gratuites pour tenter (avec des chances toujours plus faibles de réussir) ainsi de repousser pour un temps les krachs boursier et/ou obligataire qui inéluctablement menacent, lesquels doivent être analysés comme le retour de certains actifs surévalués à des niveaux de prix plus proches de la réalité économique. Et même si ces interventions des banques centrales ne se produisaient pas, cela ne changerait rien au fait que l’or comme l’argent-métal se situent actuellement sur des niveaux (relatifs et absolus) historiques d’achat et que les capitaux des investisseurs sortant des actions et/ou des obligations doivent être placés quelque part, en l’occurrence dans lesdits métaux précieux et autres actifs réels (certaines matières premières), puisque le cash ne rapporte plus rien.

 Le seul actif financier qui a conservé une valeur certaine sur longue période, en particulier depuis les années 1971, c’est l’or (et accessoirement dans certaines circonstances l’argent-métal quoi qu’il soit plus volatile). Parce que, quand il baisse fortement (quelles qu’en soient les raisons momentanées comme les fluctuations monétaires ou les ventes à terme des bullion banks financées par les banques centrales), l’or finit toujours par remonter plus haut que son meilleur niveau précédent. Voilà pourquoi, plus l’incertitude est grande, plus il faut en détenir sous quelque forme que ce soit (sauf les actions des sociétés minières dont beaucoup d’entre elles ne sont plus rentables). Ce qui ne signifie pas que l’on ne peut pas subir des pertes temporaires en achetant de l’or mais que, si l’on est en mesure de le détenir suffisamment longtemps, on y gagne toujours. La seule raison qui pourrait casser la tendance haussière de l’or, ce serait un changement complet de la politique monétaire US, dont un nouveau patron de la Federal Reserve remonterait massivement les taux d’intérêt à court terme US, réduirait tout aussi massivement la liquidité en dollars US et le bilan de sa banque centrale en se séparant de ses actifs toxiques pour combattre l’inflation, ainsi que l’avait fait Paul Volcker dans les années 1979 à 1987. Mais rassurez-vous, ce n’est par l’hélicoptère Bernanke, le plus grand faux-monnayeurs de l’histoire, qui ira dans ce sens. Il est d’ailleurs trop tard pour engager une telle politique qui provoquerait l’écroulement de tout le système boursier, financier, monétaire et économique basé sur l’argent bon marché créé sans limitation. Raison pour laquelle la seule issue pour s’en sortir ce sera, lorsque l’inflation reviendra en force, le retour à l’étalon-or ou à une variante de ce système.

 Quant à la parité monétaire euro/dollar, elle  pouvait chuter vers 1,2098, ce qui s’est produit cette semaine puisqu’elle a atteint au plus bas 1,2045. Elle devrait maintenant remonter (vers 1,30?) et permettre la confirmation de la nette cassure à la hausse des résistances situées à 1.610 et à 27,70 USD l’once sur l’or et l’argent-métal qui vient de se produire, lesquels devraient ainsi avoir trouvé leurs plus bas depuis mi 2011. D’autant que les grands acteurs (les bullion banks et les hedge funds en particulier) sur le marché des métaux précieux étant massivement shorts, ils devront alors se couvrir et c’est ainsi que la hausse de ces métaux repartira. Nous ne recommandons pas, en revanche, l’achat d’euros mais de cesser d’en vendre à découvert aux niveaux actuels et, plus généralement, de cesser toute spéculation sur les monnaies pour se réfugier sur l’or (exprimé en dollars US de préférence) parce que toutes les monnaies de papier sont vouées à perdre plus ou moins vite leur pouvoir d’achat, ce dont les banques centrales des deux côtés de l’Atlantique vont probablement nous administrer bientôt une nouvelle démonstration puisque Mario Draghi,  ‘ex-Goldman Sachs, va ouvrir toutes grandes les vannes de la planche à billets pour financer à guichets ouverts les déficits européens en achetant les obligations d’Etat afin de “sauver” temporairement l’euro. Sans compter que les USA nous réservent quelques “bombes à retardement” financières dont l’éclatement d’ici fin 2012 affaiblira le dollar US qui est en réalité aussi mauvais que l’euro.

A vous informer  en outre que l’audit de l’or de la Federal Reserve par le Congrès républicain va finalement avoir lieu. Que se passera- t-il lorsqu’il sera établi qu’elle ne possède pas la quantité qu’elle prétend détenir? De combien de centaines de dollars par once l’or montera- t-il dès ce moment-là?

Le prochain objectif pour l’or en USD se situe vers 1.800 et pour l’argent-métal vers 38  [FMG]

 

II- L’humour  du clown Mario Draghi : morceaux choisis !

Mario-Draghi-BCE.jpg«   - J’espère que les prêts massifs consentis ces derniers mois par l’institution aux banques européennes profiteraient plus rapidement à l’économie réelle.

- Dans l’économie à l’heure actuelle,  la demande est contenue, donc la demande de crédit est contenue,  (…) mais nous ne pouvons pas suppléer au manque de demande, a-t-il ajouté.

- Il est quand même étonnant que des baisses successives de salaires et d’aides dans de nombreux pays n’aient pas relancé la consommation, non?

Autres “bonnes blagues :

- L’un des effets notoires de ces prêts géants avait été de faire augmenter le portefeuille d’obligations d’Etat des banques.

Excellente idée ! Ainsi gorgées des dettes de leur état failli, les banques pourront elles aussi faire faillite plus rapidement !

- Et sa dernière phrase du jour : « La BCE est prête à faire tout ce qu'il faudra pour préserver l'euro... L'euro est "irréversible" ! ».

Bravo Mario !  Vous qui étiez vice-président de la branche européenne de la banque d'affaires Goldman Sachs, banque ayant aidé la Grèce à bricoler ses bilans, cacher son déficit et présenté de faux indicateurs, vous êtes certainement en mesure de faire pareil avec  l’Europe et ‘prêt à faire tout ce qu’il faudra pour préserver l’euro’ comme vous aviez majestueusement préservé la Grèce !

5626_4.jpgSachez néanmoins, comme l’affirmait un commentateur dont nous nous rappelons pas le nom, que « les cimetières sont remplis de gens qui croyaient au ''sens de l'Histoire" et au caractère irréversible de certains phénomènes. Dans les années 60, en plein conflit est-ouest, Khroustchev déclarait irréversible la conversion du monde au communisme, même sans guerre ouverte. Et beaucoup de gens raillaient de Gaulle, le traitant de ringard, lui qui disait : ''La Russie éternelle boira le communisme comme l'encre est bue par le buvard''. On a vu . Le rouble n'est plus la monnaie de l'Ukraine, de la Géorgie... Pourquoi faudrait-il donc que l'euro , monnaie d'une zone monétaire encore plus artificielle que celle de l'ex-URSS, soit plus ''irréversible'' que l'ex-rouble soviétique ? Souhaitons longue vie à M.Draghi, mais sachons qu'il rejoindra un jour le cimetière de tous les grands prophètes de l'irréversibilité de l'Histoire. Il y sera en très bonne compagnie, et pourra ainsi y méditer sur toutes les grosses bêtises proférées par de ''grands hommes comme lui'' dans leur vie antérieure ! »

 

 
 

III- Goldman Sachs : analyse d'une pieuvre financiere mondiale

“La première chose à savoir au sujet de Goldman Sachs, c’est qu’elle est omniprésente. La banque d’investissement, la plus puissante au monde, est un grand vampire aux longues tentacules qui s’enfoncent avec acharnement dans ce qui sent l’odeur de l’argent”.

“Toute tentative de décrire les activités des anciens hauts responsables de Goldman Sachs, qui occupent des postes influents, devient vite un exercice absurde et superflu, comme de dresser la liste de toute chose”.

“Les dirigeants de Goldman Sachs se mettent au cœur de la bulle spéculative et effectuent des placements de titres dont ils savent pertinemment qu’ils n’ont aucune valeur : Ensuite ils extorquent d’importantes sommes d’argent aux couches moyennes et basses de la société avec l’aide d’un Etat corrompu et handicapé qui leur permet de manipuler les règles et les règlements à leur avantage en échange de quelques miettes que la banque accorde aux adeptes du clientélisme”.

 

Source cosmo-culture

IV- CNBC admet que nous sommes tous esclaves du gouvernement mondial dirigé par les Banquiers Centraux

 La chaîne américaine CNBC, que l'on pourrait comparer en France à BFM Business, vient de dire pour la première fois à ses téléspectateurs qu'il fallait acheter de l'or et que toute l'économie est dirigée par les banquiers centraux. Il est aussi dit que les marchés ne sont pas dirigés par les forces du marché traditionnelles mais par les politiques monétaires et donc par la Fed. Jim Luorio nous dit aussi qu'au final toutes les monnaies mondiales finiront par être dévaluées.

 

Cette vidéo a été traduite par l'équipe de Investiror.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents