Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Cesser la répression financière :

Publié par medisma sur 3 Août 2013, 17:35pm

 

La situation est bloquée et la stagflation perdure

 

 

Les banquiers centraux n’ayant plus rien à dire se contentent de répéter que leurs politiques monétaires resteront longtemps “accommodantes” (traduisez: laxistes) et que la reprise économique est plutôt proche, tout en manipulant les statistiques. En particulier aux USA, qui viennent de sortir opportunément une hausse de 1,7% de leur PIB en variation annuelle au 2éme trimestre due au changement de leur méthode de calcul, incorporant dorénavant pour le gonfler artificiellement des invisibles non mesurables (éléments dits “immatériels” comme la recherche-développement…) en qualité d’actifs, mais aussi les engagements relatifs aux retraites dues par l’État comme par les entreprises privées qui ne sont plus comptabilisés comme dettes mais comme actifs (on croit rêver, parce que cela revient à dire que plus vous avez de dettes plus vous êtes riches…), alors que sans ce changement il serait sorti à -0,5 voire -1%. Et le monde entier a la bêtise de croire à cette fausse statistique en se ruant à Wall Street pour acheter le moindre bout de papier qui traine encore…

Ce qui a évidemment aidé les actions US (en phase d’exubérance irrationnelle), que l’on fait tout en “haut lieu” pour pousser à la hausse, puisque les entreprises US vont pouvoir dorénavant déduire leurs dépenses de recherche-développement et leurs dettes sur les retraites de leurs charges. Ce qui réservera bien des problèmes plus tard quand ni l’État ni les entreprises n’ayant plus provisionné les engagements sur les pensions de retraite en question seront incapables de les honorer et que les retraités ne pourront plus être payés. Heureusement qu’Obama est un président “de gauche” parce que son travail de destruction des intérêts des classes pauvre et moyenne est digne de figurer au palmarès de la régression sociale et de la répression financière les pires de l’histoire des USA !  Plusieurs bons gérants restent baissiers sur les actions US, dont ils pronostiquent une violente correction à la baisse. Les vrais chiffres continuent de montrer que l’Europe, le Japon et les USA restent en stagnation comme l’indiquent la vitesse de circulation de la monnaie et le multiplicateur de crédit (voir graphiques ci-dessous) qui continuent de diminuer et les dettes publiques de croître à un rythme intenable.

 

 

 

Pendant que les taux d’intérêt à moyen et long termes continuent d’augmenter (et les obligations de chuter) du fait des tensions inflationnistes venant de la fermeté des prix des matières premières, du pétrole et des coûts de l’énergie en général comme des politiques monétaires de Quantitative Easing (USA, Japon, Grande Bretagne) ou de “dévaluation compétitive” (Suisse, pays émergents, Australie, Nouvelle Zélande, etc…) qui se poursuivent alors qu’il faut les cesser pour éviter que les bilans des banques centrales explosent en finissant par les ruiner. Bref, c’est la stagflation.

La hausse des taux à moyen et long termes est le meilleur signal avant-coureur du krach boursier des marchés d’actions, les actions n’étant montées (indépendamment des manipulations habituelles et bien entendu des bons résultats de certaines entreprises) que parce que ces taux baissaient, ce qui n’est plus le cas depuis mi 2012.

 

 

Lire :

http://www.zerohedge.com/news/2013-08-01/most-important-number-entire-us-economy

 

 

  • Les taux US à 10 ans viennent de monter de 1,45% à 2,63% comme l’indique le graphique ci-dessus, soit de près du double en un an (échec du Quantitative Easing qui fait monter les taux au lieu de les faire baisser ou de les maintenir bas).

———–

Plusieurs bons analystes restent haussiers sur les métaux précieux (et les actions des sociétés minières) mais ni l’or ni l’argent-métal, qui pendant tout le mois de juillet ont joué une valse-hésitation assez usante ne permettant pas de faire de profit à partir de leurs variations en dents de scie parce qu’il faut encore garder des positions longues très légères sur les métaux (ou si elles sont importantes les protéger par des achats de puts qui coûtent à détenir et nécessairement sont temporairement perdants avant de se révéler positifs en cas de rechute des cours), n’ont pu casser à la hausse leurs résistances respectives vers 1.355 et 20,60 USD l’once. Ce qui est plutôt de mauvaise augure et montre que les bullion banks, les banques centrales occidentales et certains spéculateurs privés sont toujours en mesure de faire baisser leurs cours puisque l’ensemble de leurs positions de papier shorts restent considérablement supérieures aux achats de physique et que la baisse des stocks n’a pas d’impact puisque la demande n’excède toujours pas l’offre et que les coûts de production n’ont pas encore été atteints. Ensuite, il faudra franchir les niveaux de 1.425 et 23 (ce qui semble pour le moment hors de portée sauf forte baisse du US Dollar Index). Tactique à court terme: ajouter des positions longues sur la cassure des 1.355 et des 20,60 et revendre le tout vers 1.425 et 23.

Pendant que le US Dollar Index demeure baissier (au bénéfice de l’euro et du franc suisse qui restent bien orientés contre dollar US) mais marque une hésitation à aller plus bas, ce qui pourrait se traduire par une reprise temporaire du billet vert avant rechute.

 

           

Le ratio DJIA/Gold (signalant actuellement que la baisse des actions US et la hausse de l’or en USD sont probablement imminentes en raison de son top majeur vers 12,50) reste, pour le moment, en phase de retournement à la baisse en dépit de la fermeté des actions US et de l’incertitude sur le retournement à la hausse des métaux précieux qui n’est pas encore confirmé comme du US Dollar Index qui, à nouveau, se montre un peu incertain.

La situation est bloquée, tant les intérêts des principaux intervenants restent radicalement opposés. De telle sorte que l’on ne peut pas en ce moment gagner d’argent dans des marchés manipulés à outrance, la responsabilité n’en incombant pas aux gestionnaires et banquiers responsables mais aux irresponsables qui vendent et achète n’importe quoi à n’importe quel prix… en étant le plus souvent contrepartie des opérations faites pour leurs clients (voir à ce propos les dernières condamnations de Goldman Sachs et de JP Morgan, hélas anodines pas suffisamment dissuasives pour les empêcher de poursuivre leurs manipulations).

Comme d’habitude lire régulièrement “zerohedge.com” pour suivre les évolutions à court terme, le plus honnête et le plus informé des blogs financiers.

Nous signalons la parution d’un nouveau livre intitulé “Investir sur le marché de l’or” de Nicolas Perrin aux Éditions Franel, 15 euros, qui expose honnêtement les tenants et aboutissants du marché de l’or mais sans faire de prévision quant à son évolution à court ou moyen terme.

———

Il n’y aura pas de reprise économique aux USA et ailleurs tant que la vitesse de circulation de la monnaie et le multiplicateur de crédit (qui chutent toujours en périodes de récession -voir bandes grises sur les graphiques-) ne se redresseront pas. Pour en sortir, il n’y a qu’une seule méthode: stopper immédiatement le Quantitative Easing, baisser la pression fiscale au maximum, laisser les taux d’intérêt à court terme comme les taux de change, les cours des actions et le prix de l’or se fixer en fonction de la loi de l’offre et de la demande. Bref, laisser les ajustements indispensables de produire et cesser la répression financière.  [FMG]

Cesser la répression financière :
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents