Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Le problème du nucléaire israélien

Publié par medisma sur 21 Septembre 2013, 18:06pm

I- Poutine ouvre le débat sur l’arme nucléaire israélienne

 

 

Le président russe, Vladimir Poutine, a fait un pas en avant pour défendre la position de son pays par rapport à la crise syrienne, et a introduit dans le débat, hier, une nouvelle dimension, celle du nucléaire israélien.

S’exprimant lors d’une rencontre avec des experts russes et internationaux à Valdaï (nord-ouest de la Russie), le chef du Kremlin a souhaité « rappeler » que l’arsenal chimique de la Syrie était apparu comme une « alternative » à l’arme nucléaire israélienne, ajoutant qu’Israël n’avait « pas besoin » de cette arme.

« Je ne peux pas assurer à 100 % que nous réussirons à mener à son terme le plan de démantèlement des armes chimiques syriennes, mais tout ce que nous avons vu ces derniers jours inspire confiance sur le fait que c’est possible et que ce sera le cas », a déclaré M. Poutine. « La Syrie s’est dite prête à adhérer, et se considère déjà comme adhérente de la convention internationale sur l’interdiction des armes chimiques », a-t-il souligné, en saluant ces « pas concrets » de Damas.

M. Poutine a par ailleurs qualifié de « provocation habile » l’attaque chimique commise le 21 août près de la capitale syrienne. « Nous avons toutes les raisons de croire que c’est une provocation habile », a déclaré M. Poutine, en affirmant notamment que de vieux obus de fabrication soviétique, qui ne sont plus utilisés par l’armée syrienne, figuraient dans ce dossier.

« Nous n’avons en Syrie aucun intérêt particulier pour lequel nous essayons d’y maintenir le gouvernement en place », a souligné le chef de l’État russe, ajoutant qu’en s’ingérant dans la situation autour de la Syrie, la Russie s’appliquait tout simplement à affirmer les principes du droit international.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait déjà promis mercredi que la Russie transmettrait au Conseil de sécurité de l’Onu des preuves fournies par Damas de cette « provocation » qui visait selon lui à susciter des frappes occidentales.

Par ailleurs, le premier vice-directeur du Service fédéral de sécurité (FSB) Sergueï Smirnov, a déclaré qu’entre 300 et 400 mercenaires russes combattent en Syrie dans les rangs de l’insurrection. « Nous estimons que 300 à 400 personnes ont quitté le territoire de notre pays pour s’y rendre (en Syrie) et elles finiront par rentrer. Cela représente, naturellement, un grand danger », a indiqué le responsable.

Mercredi, le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, avait affirmé que 130 français combattent dans les rangs des extrémistes syriens, soulignant que leur retour en France était une source d’inquiétude en raison du danger potentiel qu’ils peuvent représenter.

Ces mises en garde interviennent alors qu’Al-Qaïda a lancé une vaste offensive en Syrie pour prendre le contrôle de zones tenues par les rebelles syriens (Voir Mediarama numéro 425).

Sur un autre plan, le navire amiral de la flotte russe de la mer Noire, le croiseur lance-missiles Moskva, a pris le commandement de l’escadre russe déployée en Méditerranée, a annoncé vendredi aux journalistes le porte-parole de la flotte de la mer Noire, le capitaine de vaisseau Viatcheslav Troukhatchev.

« Après avoir achevé sa mission en Atlantique […] le croiseur Moskva est arrivé au point où il devait rencontrer les bâtiments de l’escadre russe déployée dans l’est de la Méditerranée. A l’heure actuelle, le croiseur abrite l’état-major du commandement opérationnel de l’escadre qui regroupe des navires relevant des flottes de la mer Noire, de la Baltique et du Pacifique », a déclaré le porte-parole.

Source : Mediarama

 

II- L’ONU rejette la résolution arabe sur les armes nucléaires d’Israël

 
 
L’AIEA a refusé d’adopter une résolution contraignant Israël à signer le Traité de non prolifération nucléaire.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de l’ONU a rejeté la demande de la Ligue arabe, qui visait à imposer à Israël de signer le Traité de non-prolifération nucléaire, et de soumettre à l’AIEA un contrôle de ses installations nucléaires.

L’opposition des États-Unis à cette résolution a provoqué une frustration grandissante dans le monde arabe sur le report d’une conférence internationale sur l’interdiction des armes atomiques dans la région, a rapporté Reuters vendredi.

L’Ambassadeur Ramzy Ezzeldin Ramzy, qui dirige le groupe de la Ligue arabe à l’AIEA, aurait déclaré qu’« Israël ne joue pas un rôle constructif ».

L’initiative arabe visait à faire pression sur Israël pour renoncer à – ou au moins admettre – sa possession d’armes de destruction massive, alors que la communauté internationale a les yeux rivés sur l’arsenal chimique syrien et le programme nucléaire iranien.

Jeudi, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la décision d’Assad d’amasser des armes chimiques était une « réponse aux capacités nucléaires d’Israël », ajoutant qu’Israël avait une « supériorité technologique » et n’avait « pas besoin d’armes nucléaires ».

Selon un rapport publié dans une revue spécialisée, Israël possède un stock de 80 ogives nucléaires, qui ont tous été fabriqués avant 2004, quand Israël a gelé toute sa production.

Israël a toujours maintenu une politique ambigüe sur son programme nucléaire, tout en refusant de signer le Traité de non-prolifération nucléaire.

Selon d’autres estimations, l’État hébreu disposerait de 400 ogives, mais aussi de nombreuses méthodes, comme des missiles balistiques, des avions ou des missiles de croisières lancés par sous-marin, pour lancer ses charges nucléaires.

Source : i24news.tv

Le problème du nucléaire israélien
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents