Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Une économie américaine en déliquescence et... l'embellie US pour les médias-mensonges

Publié par medisma sur 29 Août 2013, 21:24pm

 

 

 

Les États-Unis (encore) au bord du défaut de paiement

D’ici mi-octobre le gouvernement états-unien aura épuisé les ressources nécessaires pour tenir ses engagements financiers, a annoncé le secrétaire au Trésor Jacob Lew au Congrès. Si le Capitole n’acceptait pas d’augmenter le plafond de la dette publique, l’économie états-unienne subirait un préjudice irréparable, écrit mercredi 28 août le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Jacob Lew a déclaré que d’ici le 15 octobre le gouvernement serait privé de fonds pour remplir ses engagements si le plafond de la dette publique, actuellement de 16 700 milliards de dollars, n’était pas rehaussé. Dans sa lettre adressée au président de la Chambre des représentants John Boehner, il avertit : « Si le plafond de la dette publique restait au niveau actuel, le fonctionnement des marchés financiers et l’économie pourraient être perturbés. »

D’ici fin septembre, la Maison Blanche et le Congrès doivent donc trouver un compromis sur la politique fiscale et budgétaire afin de régler le problème de la dette publique, éternelle pierre d’achoppement dans les relations entre les républicains et les démocrates. Compte tenu des réalités de la politique états-unienne, les deux partis n’ont plus beaucoup de temps. Il y a quelques semaines, la Maison blanche a créé un groupe de travail dont font partie plusieurs députés républicains pour examiner les problèmes du budget, y compris celui de la dette publique.

Les négociations n’ont pas avancé. « La limite de la dette publique laisse à penser que sous Obama, Washington n’a rien fait ni avec la dette publique ni avec le déficit budgétaire », a déclaré Michael Steel, porte-parole de John Boehner.

Un véritable drame avait éclaté autour du plafond de la dette publique à l’été 2011, lorsqu’il était encore fixé à 14 300 milliards de dollars. Washington avait besoin d’emprunter de l’argent pour ses dépenses engagées mais la législation ne permettait plus de le faire et l’État risquait un défaut de paiement. Seulement, à la veille de ce défaut les républicains et les démocrates ont réussi à s’entendre sur une augmentation de la dette publique de 2 100 milliards de dollars. En parallèle, il avait été décidé de réduire les dépenses budgétaires de 1 000 milliards de dollars en 10 ans.

Ce qui n’a pas empêché l’agence internationale Standard & Poor’s d’abaisser la note de crédit des États-Unis de AAA à AA+, provoquant une réaction douloureuse de l’administration Obama.

En 2012, le problème de la dette publique s’est ajouté à celui du « gouffre fiscal ». Les républicains ont accepté d’augmenter le plafond de la dette à condition de réduire les dépenses publiques d’un montant identique. Le 31 décembre, la dette publique s’est dangereusement approchée de la barre des 16 400 milliards de dollars et le Trésor a dû libérer 200 milliards de dollars pour les besoins courants. Seulement un mois plus tard le Congrès a supprimé le risque de défaut et a approuvé une mesure provisoire reportant les restrictions sur la dette publique à mi-mai. Le 19 mai, la dette publique à hauteur de 16 700 milliards de dollars a été automatiquement approuvée comme plafond.

Aujourd’hui Boehner promet d’augmenter ce plafond uniquement en échange d’une réduction des dépenses ou de la révision du budget. La Maison Blanche refuse de négocier de cette manière et accuse les républicains de jouer avec le bien-être des États-Uniens à des fins politiques.

 

Philippe Béchade : "Un taux de chômage réel de 17 % aux États-Unis et les américains croient tout ce qu'on leur dit"

 

Philippe Béchade, rédacteur en chef à la chronique Agora s'est intéressé au plafond de la dette US, à la Syrie... dans l'émission Intégrale Placements, présentée par Guillaume Sommerer, sur BFM Business.

Et les vérités des médias aux ordres :
Le ‘Monde.fr avec AFP’ d’écrire ce même jour :
‘‘La croissance s'accélère aux Etats-Unis et les inscriptions au chômage en baisse’’ !

" Signe de l'embellie durable de l'économie américaine, la croissance des Etats-Unis a été meilleure que prévu au deuxième trimestre et s'est élevée à 2,5 % en rythme annualisé, a annoncé jeudi 29 août le département du commerce, révisant en nette hausse (+ 0,8 point) sa première estimation. La progression du produit intérieur brut (PIB) entre avril et juin marque une franche accélération par rapport au premier trimestre (+ 1,1 %) et dépasse la prévision des analystes, qui tablaient sur une croissance de 2,1 %.

Ces bons chiffres s'expliquent, selon le ministère américain, par "un rebond des exportations et des investissements non résidentiels et une baisse moins marquée des dépenses de l'Etat fédéral". Résultat : les exportations ont bondi de 8,6 % entre avril et juin, leur plus forte progression depuis plus de trois ans, alors qu'elles s'étaient repliées de 1,3 % pendant les trois premiers mois de l'année, d'après les données officielles. Quant aux dépenses de l'Etat fédéral, elles ont certes continué à reculer (- 1,6 %) au deuxième trimestre, mais à un rythme bien moins prononcé qu'au cours des trois mois précédents (- 8,4 %)...

Les inscriptions au chômage en baisse, une autre bonne nouvelle..."

Pour lire la totalité de l'article, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/29/etats-unis-la-croissance-a-2-5-au-deuxieme-trimestre_3468563_3234.html

Une économie américaine en déliquescence et... l'embellie US pour les médias-mensonges
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents